Rôle des eaux souterraines dans le déclenchement des Crues

Accueil

In English

 

 

Quelques photographies des Installations du Site de la Somme

 

Inondations de la Somme à Abbeville, avril 2001 Image : MEDD

Inondations de la région de Patcham, Brighton, novembre-décembre 2000. Image: John Ellis, Environment Agency.

Contexte

Durant la période 2000-2001, des crues importantes ont eu lieu sur le Nord de la France, en Belgique et dans la partie Sud de l'Angleterre, particulièrement dans les vallées crayeuses. Dans beaucoup de ces régions, la remontée rapide du niveau des nappes souterraines a été enregistrée juste avant les crues. Une autre caractéristique commune à ces inondations fut leur durée particulièrement longue, allant de quelques semaines à quelques mois. Jusqu’à très récemment, les inondations dans les bassins versants crayeux étaient considérées comme principalement issues du ruissellement. Tous les outils de prévision des crues sont basés sur ce concept et sont normalement utilisés à des échelles de temps de l'ordre de 48 heures. Cependant, les épisodes de crues récents, dont ceux de la Somme et de Brighton, ont montré que les eaux souterraines y ont joué un rôle prépondérant, mettant en avant des échelles de temps de quelques semaines à quelques mois.

Objectifs du projet FLOOD1

Les partenaires qui collaborent au projet FLOOD1 financé en partie sur fonds FEDER dans le cadre du programme INTERREG III A sont le BRGM, l’Université de Brighton,et le British Geological Survey. Le projet a pour objectif de comprendre le rôle joué par les eaux souterraines dans les inondations par remontée de nappe au sein des bassins crayeux. Ceci passe par une meilleure compréhension du fonctionnement de la zone non saturée de la Craie du sud de l’Angleterre et du Nord de la France, ce qui implique le développement de nouvelles techniques de monitoring des paramètres physiques dans les zones saturée et non saturée et la production de méthodologies plus adaptées et d’outils de prévision des inondations sur des échelles de temps plus longues que ce qui est possible actuellement.

Site Map | Contact | ©2003 University of Brighton, BRGM